Humeur | Paroles de Championnes

Mai 2016. La Coupe d’Europe de Vovinam Viet Vo Dao est derrière moi et je me prépare à présenter mon examen pour devenir ceinture noire. Je suis alors contacté dans le cadre d’une campagne ayant pour thème les femmes et leur statut dans le sport. Le sujet me parle immédiatement.

Sport et sport féminin. J’en parlais déjà ici et le sujet est toujours d’actualité. Honnêtement, je ne me suis jamais considéré comme féministe. Peut-être parce que je ne parviens pas à comprendre ce que cela signifie aujourd’hui. Être l’égale de l’homme, être une femme avant d’être une épouse/mère, avoir les mêmes droits qu’un homme, tout cela à la fois ?
Je n’aime pas attribuer d’étiquette, je ne vais donc pas commencer maintenant. Néanmoins,  la fin de certaines pratiques serait salutaire.

En dépit des beaux discours et autres mesures bien intentionnées, certaines moeurs et réflexions archaïques demeurent et se propagent comme la gangrène dès le plus jeune âge. Quand elles sont appuyées par des arguments génétiques (les hommes sont musclés, à eux l’athlétisme – les femmes sont douces et fragiles, à elles la gymnastique), les arguments sociologiques les balaient…lorsqu’ils ne doivent pas à leur tour combattre les clichés (un homme qui danse est forcément gay).

Pourquoi préciser qu’une discipline sportive est féminine quand on voit que les participants sont des participantes, qu’on entend que leur nom est celui d’une femme (ou qu’il y a peu de place au doute)?

Quelle est la plus-value de cette « information » ?

Autant je me suis toujours posé la question, j’ai pu être interloqué par cette précision, autant je me dis qu’il ne faut pas non plus faire de généralité et que lorsqu’on en parle, c’est peut-être plus maladroit que véritablement discriminatoire.

Alors je dis oui au sport féminin si cette information vise à préciser qu’un club de sport s’adresse en particulier aux femmes. Accepter son corps, ses formes, ses imperfections, le regard des autres, ce n’est pas toujours évident. Si se retrouver entre femmes contribue à s’épargner l’impression de passer pour un bout de viande, pourquoi pas. Si cela les aide à franchir le pas de la porte d’une salle de sport, participe à l’intégration d’une routine sportive, alors oui sans hésiter.

Mais surtout je dis oui au sport, tout simplement. Se fixer un objectif, se surpasser, se rendre compte de son incroyable potentiel, prendre soin de soi, de sa santé, rencontrer d’autres personnes, créer des liens, apprendre, encore et toujours. Peu importe le sport, tant qu’il y en a. Peu importe son genre, car en fait il n’en a pas.

Parce que vous souhaitez vous mettre au sport, parce que vous avez une fille, une soeur, une amie à qui il manque le courage, la motivation ou juste quelques mots pour sortir de la zone de confort, je vous invite à jeter un oeil à la campagne Paroles de Championnes http://www.parolesdechampionnes.be/

Related posts

4 Thoughts to “Humeur | Paroles de Championnes”

  1. Lize

    une amie m’a parlé de votre site. J’ai 48 ans, quel sport puis-je faire? Merci

    1. kimbylicieux

      Bonjour Lize,

      ce n’est pas tant l’âge qui importe que votre condition physique. Êtes-vous totalement débutante, avez-vous pratiqué un sport auparavant, avez-vous des contre-indications médicales?

      Je vous invite à lire mon article « Commencer le sport (…) » http://kimbylicieux.com/2015/05/03/commencer-le-sport-et-continuer-en-7-conseils/ 🙂

  2. Gwen M.

    Tes paroles sont tellement justes… Il y a pour chacune d’entre nous ce besoin, cette nécessité de découvrir ses limites mais aussi de se surpasser… Pour tout cela, il faut cependant y croire. Il faut même « oser » y croire ! Merci mille fois d’encourager chacune par tes actes et tes paroles ! Je t’embrasse fort !

    1. kimbylicieux

      Coucou Gwen! Je te lis toujours avec autant de plaisir.

      L’aventure (et les surprises) commence hors de la zone de confort. Soyons curieux-ses!

Votre avis m'intéresse!

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.